Autour de la candidature de JLM ça bouge

Publié le par Laute Alain

Autain et Mélenchon il y a quelques temps, mais peut-être que demain ...

Autain et Mélenchon il y a quelques temps, mais peut-être que demain ...

Pour Clémentine Autain, pas d’autre

solution que Jean-Luc Mélenchon

 

Julia Hamlaoui Jeudi, 15 Septembre, 2016 Humanite.fr

Dans un mail à vocation interne mais qui a circulé sur les réseaux sociaux, Clémentine Autain soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2017 tout en estimant nécessaire « un cadre commun de campagne ».

Clémentine Autain juge que le choix de « Jean-Luc Mélenchon a « des inconvénients politiques mais un atout majeur : il trace le sillon d’une gauche en rupture avec trente ans de politiques néolibérales et productivistes ».

« Ne pas attendre Godot, prendre parti et agir.» C’est l’invitation qu’a lancé Clémentine Autain, porte-parole d’Ensemble, aux militants de sa formation dans un courrier où elle estime nécessaire de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle de 2017 tout en « en bataillant pour la construction d’un cadre commun de campagne ». Ensemble n’ayant pas encore tranché sa position, le mail devait contribuer au débat interne et « n’avait pas vocation à être rendu public », explique son auteure, mais mercredi soir il circulait sur les réseaux sociaux.

Clémentine Autain y constate des « désaccords avec la démarche » et « certains partis pris » du candidat de la « France insoumise », citant « la Syrie, les réfugiés, le Brexit, François Mitterrand, la conception du rassemblement, etc ». Mais dans la situation actuelle et pour « éviter une situation d’éclatement », elle juge que le choix de « Jean-Luc Mélenchon, qui fut notre candidat en 2012 » a « des inconvénients politiques mais un atout majeur : il trace le sillon d’une gauche en rupture avec trente ans de politiques néolibérales et productivistes ». Une rupture pas assez claire du côté des autres candidats éventuels, selon la porte-parole d’Ensemble qui regrette qu’un « rassemblement inédit » n’ait pas « émergé ».

"Ne pas choisir aujourd’hui, c’est prendre le risque de la confusion et de l’inutilité"

Elle estime également qu’il ne s’agit pas de se « rallier » mais « de contribuer à faire entendre la voix d’une gauche de transformation sociale et écologiste ». « Ne pas choisir aujourd’hui, c’est prendre le risque de la confusion et de l’inutilité. C’est aussi laisser Jean-Luc Mélenchon tracer sa route sur les seules intuitions et convictions de sa mouvance politique.

Nous devons faire irruption, sur nos propres bases politiques, en bataillant pour la construction d’un cadre commun de campagne », poursuit-elle s’appuyant sur l’appel « en 2017 Faisons front commun » lancé par des personnalités et citoyens d’horizons divers qui va dans le même sens. Interrogé à ce sujet à la Fête de l’Humanité, Jean-Luc Mélenchon répond, pour l’heure, « bienvenue à tout le monde mais il y a un calendrier, il y a une forme. La France insoumise ce n’est pas une camisole, ce n’est pas un parti, c’est un lieu dans lequel chaque personne individuelle peut faire sa campagne individuelle alors ne me demandez pas sans cesse de tout remettre en cause », ajoute-t-il.

 

 

Publié dans Politique

Commenter cet article