Mélenchon appelle les maires à soutenir sa candature

Publié le par Laute Alain

A eux de décider si nous sommes toujours en démocratie

A eux de décider si nous sommes toujours en démocratie

Adresse au Congrès des maires de France

Mardi 31 mai 2016


Du 31 mai au 2 juin se tient à Paris le 99e Congrès des maires de France. À cette occasion, Jean-Luc Mélenchon a envoyé une adresse aux maires.


 Paris, le 31 mai 2016 Congrès des Maires de France

Adresse de Jean-Luc Mélenchon

Chères élues,

Chers élus

Vous tenez votre congrès cette semaine. Vous le faites, une fois encore, dans un contexte où la souveraineté communale est d’année en année mise à mal.

Les communes de France, bases historiques de notre démocratie, subissent des attaques qui visent à affaiblir leur capacité d’intervention au nom des populations dont la citoyenneté est ainsi rabougrie.

Au coeur de régions démesurées, au sein de départements en sursis, vous subissez pour les uns la mise en place des nouveaux schémas départementaux de l’intercommunalité, pour les autres la vampirisation par une métropole. Dès 2017, les centres de décisions vont être délocalisés, les maires et les conseils municipaux seront privés de leurs pouvoirs concrets, notamment en matière d’urbanisme, de gestion de l’eau, de gestion des déchets…

Le danger est réel pour les services publics que vous avez portés, développés et maintenus jusqu’ici. Ils seront confiés à des entités éloignées et, sûrement bientôt, délégués à des multinationales intéressées par la recherche de profits à court terme au détriment de la qualité du service.
Car dans le même temps,
tout a été organisé pour étouffer le poumon économique que représentent nos collectivités : entre 2013 et 2015, les dotations sont passées de 41,51 milliards d’euros à 36,6 milliards ! Ces coupes amplifient la récession économique et affectent lourdement les carnets de commandes des artisans, des PME et PMI de nos villages et de nos villes.

Le gouvernement et les partis politiques du système courbent l’échine devant Monsieur Juncker, président de la Commission européenne, qui a l’arrogance de venir ouvrir votre congrès après avoir accablé notre pays de ses recommandations austéritaires. Vos concitoyen-ne-s ne sont pas dupes. Ce sont ces mêmes partis qui ont adopté main dans la main la réforme territoriale qui organise la casse de l’État républicain dont la commune est le premier échelon. La caste qui nous gouverne désintègre la démocratie dans notre État Nation.

Il faut que cela cesse !

Je propose l’abrogation de cette Réforme Territoriale. Je propose qu’à partir de mon élection à la présidence de la République, un processus constituant rende aux citoyen-ne-s le pouvoir de décider librement de l’organisation du pouvoir en France.

Une nouvelle organisation politique des communes et des départements doit rendre son souffle démocratique à notre pays. La prise de décisions doit revenir vers les citoyens et faciliter leur implication. C’est la condition pour donner les moyens politiques et financiers aux services publics locaux pour conduire des politiques sociales et écologiques que notre temps appelle.

Dès à présent, il est indispensable que le débat argumenté puisse avoir lieu pour que les idées émergent pour bâtir une Nouvelle France.

L’élection présidentielle de 2017 doit y servir. Seulement voilà : les grands partis cherchent à étouffer ce débat devant les citoyens. Une fois encore, ils sont complices pour museler le débat démocratique en durcissant les règles de parrainage pour l’élection présidentielle.

Il dépend de votre parrainage qu’une candidature puisse se présenter ou non devant les Français. Vous n’avez jamais demandé ce pouvoir exorbitant. J’en appelle à votre conscience républicaine.

Je sollicite votre parrainage non comme un soutien ou même une approbation.

J’en appelle à votre indépendance d’esprit. En parrainant ma candidature vous rendrez possible la pleine expression du débat démocratique dans notre pays. Rien de moins, rien de plus. Au final le peuple souverain tranchera et nous nous inclinerons tous devant sa décision. Mais il faut que le vote puisse décider librement et complètement. C’est cette liberté que vous pouvez rendre possible.

Avec mes très cordiales salutations républicaines.

Jean-Luc Mélenchon

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article