Autour de France Insoumise et Mélenchon ?

Publié le par Laute Alain

Au delà des Partis le rassemblement doit s'opérer avec la France InsoumiseAu delà des Partis le rassemblement doit s'opérer avec la France InsoumiseAu delà des Partis le rassemblement doit s'opérer avec la France Insoumise
Au delà des Partis le rassemblement doit s'opérer avec la France InsoumiseAu delà des Partis le rassemblement doit s'opérer avec la France Insoumise

Au delà des Partis le rassemblement doit s'opérer avec la France Insoumise

Rassemblement à gauche,

oui,

avec France Insoumise

 

Voilà, la messe est dite, « ite, missa est » comme dirait Fillon. L'aile gauche du PS vient de se choisir un poisson pilote en remplacement de leur capitaine de pédalo pour les mois qui viennent.

Au passage et au bout du compte ça fait pas mal de « dégagés » à droite comme à gauche. Sarkozy, Hollande, Jupé et dernièrement Valls qui est reparti à Evry, préparer 2022. Le nouvel édile s'appelle Hamon, il se positionne à la gauche du PS.

Cela n'est pas pour me déplaire. Pour autant, le PS reste moribond. Il ne se remettra pas de cinq ans de compromission dans une politique délibérément à droite, de recul des droits sociaux, du recul de nos libertés collectives et individuelles en lien avec l'état d'urgence permanent, de l'appauvrissement du peuple et de l'enrichissement sans précédent des patrons du CAC 40, du Medef et des banques. La hausse du chômage est catastrophique, mais la production des millionnaires en cinq ans est spectaculaire et ce n'est pas dû au seul tirage du Loto.

Alors Hamon aura beau, tel un sémaphore planté sur un îlot perdu agiter les bras en direction de Mélenchon, cela ne suffira certainement pas à le convaincre et encore moins à faire croire que dorénavant il incarne la gauche de rassemblement, « ralliez-vous à mon panache rose ».

C'est trop tard.

Toutes celles et tous ceux qui ont à des degrés divers collaborés avec Hollande et Valls sous la bannière socialiste ont comme eux portés atteinte aux valeurs de solidarité, d'égalité et de justice sociale sur lesquelles ils ont été élus en 2012 et qu'ils ont trahi. C'est sans honte qu'ils se présentent devant nous en se réclament de ces valeurs. On a le droit de changer pensent-ils, oui, mais c'est déjà fait et ça date de 2012, alors une fois c'est déjà une fois de trop.

Avoir été frondeur ne lui a pas donné le titre d'opposant. C'est tout juste une petite crise d'ado face à l'autorité du père. Du reste on a très vite compris la signification de tout cela. Un pied et demi dedans et un demi pied dehors, c'est tout. D'un coup de talon le voici rentré au bercail avec dans sa musette des prétentions qui vont bien au delà de ses capacités.

Dans la foulée, que les plus gênés s'en aillent ! C'est fait ! Hollande n'a pas demandé son reste et Valls qui lui, l'avait demandé, s'est vu remercié par les électeurs de la primaire. À droite toute, place à Macron, courage, vite fuyons (Fillon) etc.

Il est simpliste venant de lui, de prôner le rassemblement avec les plus à gauche du moment. Pour le commun des mortels cette démarche semble cependant la plus naturelle, « à la papa », en quelque sorte à l'ancienne. Tout le monde se tape dessus et après comme un seul homme drapeau au vent on passe à l'attaque, « tous ensemble, tous ensemble, tous, tous ! »

Cette façon de voir est banni par le corps électoral, il n'y a plus que le PS et LR qui y croient encore. Seuls deux candidats ont compris cette nouvelle donne. La famille Le Pen avec l'extrême droite et La France Insoumise avec Jean-Luc Mélenchon.

C'est le seul point qu'ils ont commun car les objectifs sont aux antipodes les uns des autres. La famille Le Pen nourrit ses espoirs de victoire sur le rejet de l'autre, l'enfermement sur soi, le nationalisme raciste, tout le contraire de ce qui fait la force de La France Insoumise, l'ouverture aux autres, le développement économique et écologique avec le monde entier, la laïcité, la tolérance, la liberté, l'égalité et la fraternité. (En plus Le Pen est condamnée à rembourser 340 000 € à Bruxelles pour emplois fictifs. J'espère qu'il en sera de même pour Fillon).

Notre programme est une ambition sociale pour et avec tous les citoyens. L'avenir en commun est avant tout une construction collective à laquelle est convié chaque individu pour une 6è République, pour protéger et partager, pour une planification écologique, pour sortir des traités européens, pour l'indépendance de la France, pour le progrès humain d'abord, pour une France aux frontières de l'humanité.

Voilà ce que nous voulons et Hamon pioche dans ce programme, lui qui n'en n'a pas, pour paraître, voilà, pour paraître.

Il n'y a aucune raison de céder un pouce de terrain au PS quelque soit le visage qu'il nous présente aujourd'hui. Il est tellement changeant qu'il en est devenu nocif et va disparaître. Ce n'est pas un souhait de ma part, j'aurai préféré qu'il en soit autrement, mais c'est ainsi.

Le rassemblement autour des valeurs que la France Insoumise depuis un an propose et défend avec les 220 000 soutiens la seule issue responsable de gauche.

Ce qu'il reste du PS devrait les conduire à réfléchir sérieusement. Il n'est pas interdit d'être communiste, socialiste, progressiste, républicain, démocrate, écologiste, croyant, incroyant, syndicaliste et que sais-je encore pour participer à ce grand rassemblement. La question n'est plus l'appartenance mais la volonté de faire sur la base d'un engagement commun, une étique démocratique.

Les insoumis, ce n'est pas un parti et ne le sera jamais. Sa nature est tout autre, hors des contingences dogmatiques des appareils.

Un grand mouvement est en marche, il accueille déjà des dizaines de milliers de gens d'horizons différents qui veulent se débarrasser des vieilles méthodes.

Le rassemblement se construit avec tous ces gens là, chacun y a sa place. Rejoignez-nous.

Objectif, 23 avril 2017, pour battre les vielles recettes préconisées par la droite et l'extrême droite.

Alain Laute

Publié dans Politique

Commenter cet article