L'ONU et Assad

Publié le par Laute Alain

Comment l’ONU finance Assad

Par Denis Sieffert Politis Publié le 20 janvier 2017

La revue américaine Foreign Affairs accuse certaines officines de l'ONU de naïveté ou de connivences.

Derrière la rhétorique officielle, il se passe parfois de drôles de choses. Dans sa livraison du 11 janvier, la revue Foreign Affairs révèle que sur les quelque 4 milliards de dollars dépensés par l’ONU pour venir en aide aux populations syriennes victimes du conflit, la plus grande partie est allée… au régime de Damas. Le plus souvent par l’intermédiaire de sociétés syriennes présentées comme des organisations non gouvernementales, mais qui appartiennent en réalité à des personnages figurant sur la liste de personnalités sanctionnées par les Etats-Unis et l’Union européenne.

Selon la revue, l’Organisation mondiale de la santé a par exemple versé plusieurs millions de dollars au ministère syrien de la Défense par l’intermédiaire de la Banque nationale du sang, qui dépend directement du ministère qui organisait les bombardements des hôpitaux d’Alep et des populations civiles.

Peut-être plus grave encore, l’organisme des Nations unies qui évalue les besoins humanitaires, cédant à la demande du gouvernement syrien, a accepté d’occulter toute référence au conflit dans sa communication. La distinction entre les zones tenues par le régime et celles tenues par les rebelles est éludée et tout lien entre bombardements et crise humanitaire gommé, au point que la crise syrienne semble résulter d’une catastrophe naturelle.

L’objectif de ce tour de passe-passe est de permettre que les aides qui étaient auparavant acheminées par la Turquie et la Jordanie soient désormais versées directement à Damas. Mais la première conséquence est que le régime a pu en contrôler la redistribution pour récompenser ses soutiens et punir ses opposants. Un programme de 32 millions de dollars consacré au déminage dans les zones transfrontalières a ainsi été retiré par le régime au prétexte « d’illégalité ».

Des ONG ont fini par suivre cette même procédure, ce qui a conduit par exemple le Conseil norvégien pour les réfugiés à s’associer à Syria Trust, présenté comme une ONG, mais dirigée il y a peu encore par Asma Al-Assad, l’épouse du dictateur syrien.

Critiquée pour sa mauvaise gestion des ressources, l’ONU défend « l’efficacité » de sa méthode, mais éprouve, selon la revue, de plus en plus de difficultés à convaincre les donateurs et à rassembler les budgets de ses programmes.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article