Petites fermes, est-ce l'avenir?

Publié le par Laute Alain

Les Français

plébiscitent les petites fermes

 

Le public reconnaît l’agriculture paysanne pour sa valeur, sa qualité et son utilité sociale, et il est très favorable à ce que les pouvoirs publics la soutiennent. C’est ce qui ressort clairement de ce sondage réalisé par l’Ifop pour la Confédération paysanne [^2] et publié en exclusivité par Politis. Les sondés considèrent à 64 % que la petite ferme est un modèle adapté à une production de qualité, à la création d’emplois ainsi qu’à la préservation de la nature, et même à 91 % qu’il a de l’avenir et, par ­conséquent, doit être spécifiquement soutenu. Ce plébiscite fait fi des divergences politiques : les réponses varient peu selon les opinions. « Il est flagrant de constater l’écart entre la volonté de faire des citoyens et celle du gouvernement », note Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne. Le syndicat est en confrontation avec le modèle dominant d’une agriculture productiviste qui capte la majeure partie des aides distribuées via la politique agricole commune (PAC), en fonction du nombre d’animaux ou de la taille de l’exploitation plutôt que du nombre de salariés. Alors que les petites fermes sont beaucoup plus pourvoyeuses d’emplois que les grandes exploitations mécanisées, qui contribuent, elles, à désertifier le territoire. « La politique agricole actuelle donne aux gros les moyens d’absorber ou de faire disparaître les petits », déplore Laurent Pinatel.

[^1] Voir Politis n° 1301 et 1357.

[^2] Échantillon représentatif de 1 001 personnes, méthode des quotas, questionnaire en ligne du 9 au 11 janvier 2017.

 

Publié dans Ecologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article