Pas une seule voix pour Le Pen

Publié le par Laute Alain

Pas une seule voix pour Le Pen !

Formidables tous ces donneurs de leçons qui osent s'adresser à nous, les électeurs de la France insoumise, pour nous demander de faire barrage à Le Pen, comme si nous ne faisions pas que cela depuis des années, contrairement à beaucoup de ces donneurs de leçons.

Notre candidat était seul face à Le Pen à Hénin-Beaumont aux dernières législatives, seul face à Le Pen sur FR2 lors d'un débat mémorable où « elle » refusa de répondre aux questions de Mélenchon en lisant son journal. Quand à nous, ceux qui sont engagés depuis plus de 50 ans dans la bataille démocratique nous n'avons pas de leçon à recevoir, nous avons poursuivi et poursuivrons notre lutte contre les idées de l'extrême droite. Nous ne nous contentons pas de mettre un bulletin de vote tous les cinq ans, quand bien même il tomberait dans la bonne fente, nous agissons à visage découvert et cette année c'est avec le programme de la France insoumise, « L'Avenir en commun ».

Voici des gens qui votent et soutiennent depuis des années les politiques ultras libérales qui ont conduit la famille Le Pen là où elle se situe et aujourd'hui les voici qu'ils se tournent vers nous en nous demandant de réparer leur bêtise. Il faut oser, mais ils sont ce qu'ils sont et comme disait Audiard « c'est comme cela qu'on les reconnaît ».

Par ailleurs, je rappellerai aimablement à tous ces braves gens qu'il en existe d'autres qui portent une vraie responsabilité sur la montée de Le Pen, les 23 % d'abstentionnistes, c'est-à-dire environ 10 millions d'inscrits.

Les Hollande, Sarkozy, Fillon, Valls, Hamon, Dupont Aignan et toute la vieille droite réactionnaire, et combien d'autres, doivent assumer leurs responsabilités dans la montée du F.N.

Faut-il encore leur rappeler l'épisode grandiose de 2002, où Jospin s'est fait allonger en laissant Le Pen et Chirac face à face après quoi avec 80 % de voix Chirac nous a proprement fait un doigt d'honneur. Merci bien, pas deux fois.

Faut-il rappeler que le résultat de tout cela fut l'entrée en force du libéralisme débridé, de la haute finance comme arbitre de nos politiques, de la mondialisation sans borne, du chômage endémique, de la pauvreté comme jamais, de l'enrichissement sans précédent d'une minorité et d'une Europe rejetée par les électeurs en 2005 mais imposée par les mêmes qui nous gouvernent encore aujourd'hui et dont Macron est le produit docile, le relais propret, leur jouet.

C'est nous les Insoumis qui avons cette fois fait nettement reculer le FN, estimé durant la campagne par les organismes de sondages entre 26 et 30 % et réduit grâce à notre opiniâtreté à 21,3 %.

Il nous a manqué 10 bulletins de vote par bureau pour être au second tour, à qui la faute ? A nous les Insoumis ? Ou à d'autres, Hamon par exemple qui aura en définitive qu'affaibli la gauche, la vraie gauche qu'il prétendait représenter ou le PCF qui aura traîné des pieds tout au long de la campagne et en plus tous deux prennent l'engagement d'appeler à voter Macron !.

La gravité de la situation pour moi c'est autant Macron que Le Pen. Macron amplifiera la politique actuelle, celle qu'il a lui-même mise en œuvre contre les salariés et les plus pauvres d'entre nous . Le Pen fera pareil avec en plus la haine généralisée à tous les étages de notre société, excluant par sa volonté et de fait notre pays de la société internationale et de l'Europe.

Alors, nous demander de voter Macron au prétexte qu'il faut faire barrage à Le Pen est fort de café, à ceux-là je dis « regardez ce que vous avez fait, par choix délibéré ou par négligence ».

Je ne céderai pas à cette forme écœurante de chantage, je reste droit dans mes bottes, le regard fixé sur un horizon prometteur avec toutes celles et tous ceux qui veulent changer tout ça.

La 6ème République, vite !

La campagne des législatives a été engagée avec celle de la présidentielle, nous avons encore un coup d 'avance sur les autres et ce fait dérange tous nos adversaires y compris Macron qui sait très bien qu'il n' aura pas de majorité sans tous ceux qui ont trahis leur camp le temps d'une campagne .

Fort de 7 millions de voix et de 470 000 soutiens nous pouvons renverser la tendance en animant et participant à la campagne des législatives pour faire élire les candidates et candidats de la France insoumise. Pas une voix au FN sera mon seul mot d'ordre.

Alain Laute

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article