Le FN la queue entre les jambes

Publié le par Laute Alain

Emplois fictifs ? La farce fait pchitt.

Le FN avoue qu’il a bien roulé dans la farine les médias et la justice.

 Vendredi 21 juillet 2017 par JL Mélenchon « l'ère du peuple ».

Cette dame du FN dénonçait. Et quand ça ne donnait rien elle dénonçait encore : « dénonciation complémentaire », claironnaient les médias qui la relayaient ! À la suite des dénonciations, le juge plaçait au fur et à mesure les gens dénoncés en « enquête préliminaire » pour vérifier le bien-fondé ou non de la dénonciatrice. L’intitulé du motif de ces enquêtes préliminaires sentait bon cette flétrissure à peu de frais dont raffolent les corbeaux : « abus de confiance », etc. Aussitôt, les médias se jetaient sur la chair fraîche qui leur était ainsi offerte en pâture. Sans limite, sans vérification, sans pudeur, sans retenue, en toute hargne pure et nue.

Sorti de la liste des 20 « dénonciations complémentaires », mon nom et ceux de trois de mes assistants ont été jetés en pâture dans une finalité d’autant plus clairement ciblée politiquement que personne d’autres que moi n’était cité. Par exemple Yannick Jadot, dirigeant national d’EELV, pourtant suspecté lui aussi « d’abus de confiance » et placé en enquête préliminaire, a pu dormir tranquille. Pourtant il s’agit bien d’un important personnage, candidat à la présidentielle et bras droit de Benoît Hamon, autre personnage considérable, non ? Pourquoi n’intéressent-ils aucun média ? Bien sûr, aucun de ces grands esprits médiatiques ne pouvait ignorer qu’en agissant de la sorte, il ne faisait que relayer une accusation sur la seule base d’une action lancée par le FN. J’ai pris cher. « France 2 », évidemment, se précipita sur le steak, suivie de tous les autres médias qui nous haïssent. C’est-à-dire presque tous. Chacun recopiant l’autre, c’est une chaine de répétitions, discernable à l’œil nu, qui unit la « dénonciation complémentaire » venue du FN et les articles de « Médiapart » jusqu’à la une du « Parisien » en passant par « Marianne » et tous les médias en ligne de la fachosphère. En signature ? Des journalistes militants, particulièrement constants dans leur hostilité à mon égard depuis de longues années pour certains.

Dans l’enthousiasme de la haine qu’ils me portent, certains poussèrent très loin le trait. J’étais coupable alors même que je n’étais même pas mis en examen. J’étais « rattrapé » (alors que je m’enfuyais sans doute) par « l’affaire » des assistants parlementaires si l’on en croit « Le Parisien », organe il est vrai souvent proche des idées du Front national. Pour Plenel à « Médiapart » comme pour « Marianne », désormais, quiconque a une responsabilité jugée par eux « importante » dans une organisation est en réalité un emploi fictif s’il a un métier par ailleurs. Jamais, jamais on n’avait vu les militants ainsi montrés du doigt. Il faut espérer que cela n’inspire pas d’autres corbeaux. Beaucoup pourraient ainsi dénoncer des gens qui ont un métier en même temps qu’un engagement associatif, philosophique ou politique. Ceux qui me lisent et sont concernés comprendront le message, je l’espère. Rien ne doit étouffer la compréhension du danger que ces gens ont créé.

Mais à présent toute cette farce fait pchitt ! La scène s’effondre dans un éclat de rire final des frontistes. Le FN avoue s’être bien moqué des idiots médiatiques qui lui ont pourtant si bien servi la soupe. En effet, la dame du FN se rétracte. Ce qu’elle a fait, déclare-t-elle, si j’en crois « le Lab d’Europe1 », n’était pas une « dénonciation » mais juste un « signalement » et même « un pied de nez ». Ils sont contents les médias « d’investigation », d’avoir trouvé au FN plus « impertinent » qu’eux ? Quel effet ca leur fait de servir de « pied de nez » pour le Front national ? Ils jouent quel rôle dans cette comédie, les amis du pilori médiatique : le pied ou le nez du FN ? Et le juge qui reçoit les « dénonciations complémentaires » ? Il est content que ses « enquêtes préliminaires » servent de « pied de nez » au Front national ? A-t-on déjà vu aveu d’une telle utilisation des voies de la justice à des fins politiques ? Quelqu’un va-t-il faire une mise au point ou bien le corporatisme médiatique « tout sauf Mélenchon » restera-t-il le plus fort ? Un peu de courage !

Comment en est-on arrivé à cette rétractation de la dénonciatrice ? Parce que, comme je n’ai rien à me reprocher, j’ai annoncé que je déposerai une plainte pour « dénonciation calomnieuse ». Du coup la madame comprends que ça va être chaud pour elle. Il va lui falloir prouver que mes assistants avaient un emploi fictif d’assistant de député européen. Prouver que leurs tâches européennes n’existaient pas et prouver qu’ils travaillaient pour le parti de gauche ou le Front de gauche comme cela a été dit, écrit et répété. Cela lui est impossible. Pour une raison simple : ce n’est pas vrai. Elle a menti. Ceux qui l’ont suivi ont, comme elle, menti ! Ils ont voulu comme elle, de propos délibéré, instrumentaliser la justice pour atteindre leurs objectifs politiques. Voilà pourquoi elle se rétracte. Cette fois-ci elle est prise à son propre piège et le Front national avec elle ! Et tous ceux qui ont diffusé ses calomnies sans émettre de réserve sur la fiabilité de la dénonciation ont concouru à la calomnie. L’arroseur sera bientôt arrosé ! Car voila le fin mot de l’histoire : la « dénonciation calomnieuse » est un délit dans notre pays. Le corbeau du FN s’en est rendu coupable. Et ceux qui l’ont aidé s’en sont rendus coupables. Je poursuivrai tous ceux qui ne m’auront pas donné acte de leur dénonciation calomnieuse. Car il s’agit là d’une responsabilité individuelle. Ça va saigner chez les corbeaux !

 

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article