Les "EM" sont-ils aussi nuls que cela ?

Publié le par Laute Alain

Les élus-es EM sont-ils des nuls ?

Par Alain Laute Insoumis de la 2ème C, Orne 61000

Tutoyer un obstacle quand il se situe à la hauteur des pâquerettes est une faute quasi éliminatoire pour un bourrin compétiteur. Les élus EM seraient donc des « bourrins », il faut bien admettre qu'ils ne sont pas très brillants. A la moindre difficulté ils refusent l'obstacle et se couchent comme un cheval de cirque bien dressé. Un percheron bien lourd ferait mieux, mais malheureusement nous n'avons pas réussi à en placer un seul, (à prendre au 3ème degré).

Cela dit Jean-Luc Mélenchon à une approche très intéressante sur la question. Je vous invite à en prendre connaissance dans son intégralité sur son blog « l'ère du peuple », je me contente de publier un extrait de ce texte qui m'éloigne de la caricature.

Plus sérieusement les commentateurs d'actualités que je me refuse dorénavant à appeler journalistes semblent se débrider depuis quelques jours en faisant le constat qu'à l'Assemblée Nationale il y a un vrai problème de crédibilité des EM et reconnaissent qu'en absence des élus-es de la France Insoumise ils ne se passerait pas grand chose lors des débats. On sait pourquoi mais tout de même c'est affligeant. On sait qu'ils ont reçu les ordres du chef supérieur ce petit dictateur qui les tient par le col. Mais de là à ne rien dire si ce n'est applaudir bêtement à chaque fois qu'un de leur pote lève le doigt, éternue ou pète un coup et parfois au grand étonnement des plus éclairés de leurs copains.

Voici donc que, après nous avoir critiqué, ignoré, caricaturé jusqu'à l'insulte, les commentateurs plus ou moins éclairés eux-aussi se prennent d'amour pour nos élus-es. C'est un peu tard et peu glorieux pour eux. Personnellement je n'attend rien de ce côté là et de toute manière ça ne durera pas.

Cela dit je reviens sur les élections. Alors que les gens avaient à porté d'urne la possibilité d'éviter les catastrophes que la bande macronienne nous promettait, en s'abstenant ils ont choisi le pire en leur donnant tous les pouvoirs.

Excusez-moi de dire que je leur en veux, et je leur en veux d'autant plus qu'ils avaient fait un vrai choix en votant à 20% pour JL Mélenchon et le programme « l'Avenir en commun ». De trop nombreux électeurs sont restés chez eux lors des législatives au premier comme au second tour. A quoi leur à donc servi de voter FI à la présidentielle pour s'en tenir à cela.

L'inversion du calendrier a bon dos, belle excuse car ce n'est pas nouveau. Trop facile et inexcusable. La vraie gauche mérite un électorat fidèle et radical, dans une juste proportion s'entend, pas cet ersatz fluctuant qui préfère les vertes prairies à l'isoloir qui, soit dit en passant, ne lui aurait pris que quelques minutes pour asseoir une vraie ambition sociale à la tête du pays, pour eux-mêmes et leur descendance. Raté ! Toutefois face à la majorité en nombre des EM, nos électeurs nous ont donné une victoire morale démontrée dans les débats à l'Assemblée Nationale. Merci aux 17.

Que ce soit dans la rue ou sur les bancs de l'AN nous sommes les seuls à défendre point par point les droits des salariés et du peuple face au patronat avide et ses nombreux représentants dans l' hémicycle, face aux banques qui se régalent déjà des mesures prises par Macron contre les « niches fiscales » attribuées aux salariés, retraités, petits épargnants et précaires, alors que l'ISF va être allégée de façon considérable sur la part la plus écœurante de leurs profits celle de la spéculation financière, n'en conservant que la part immobilière. Voilà l'injustice sociale dans toute sa noirceur, l'injustice fiscale n'étant que la partie émergente de l'immense iceberg que constitue la fraude fiscale située entre 67 et 84 milliards d'euros par an.

Merci Macron.

15 juillet 2017

Publié dans Politique

Commenter cet article