Un festival de colère en Bretagne

Publié le par Laute Alain

En Bretagne, un festival

contre les projets miniers

Le collectif Douar Didoull organise pour la deuxième fois le Festival des luttes, à Plougonver dans les Côtes-d'Armor.

En Bretagne, comme dans de nombreuses autres régions de France, les projets miniers se multiplient, et les collectifs de résistance avec eux. C’est le cas dans la forêt domaniale de Koad Noz, où la compagnie australienne Variscan Mines est titulaire d’un permis d’exploration et envisage des forages dans le courant de l’année. Le collectif Douar Didoull, en lutte depuis plus d’un an contre ce projet et les pratiques extractivistes en général, organise à partir d’aujourd’hui et tout le week-end le « Festival des luttes/Gouelioù ar stourmoù ».

Pour la deuxième année consécutive, des collectifs et associations opposés aux projets miniers et autres projets inutiles se retrouveront à Plougonver (Côtes-d’Armor), du 21 au 23 juillet. Au programme : des conférences, des débats, des concerts, un fest-noz.

Les participants pourront ainsi discuter, bien sûr, des projets miniers, notamment en Guyane, mais aussi du projet de contre d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, des OGM avec des faucheurs volontaires, ou encore du problème de la répression avec le collectif antirépression de Nantes/ZAD. Un atelier de « désintoxication à la langue de bois », anoimé par Franck Lepage aura également lieu.

 

Festival des luttes – 21, 22 et 23 juillet 2017 à Plougonver (22)

Le collectif Douar Didoull organise pour la deuxième année consécutive le « Festival des luttes/Gouelioù ar stourmoù ».

Les projets miniers ici et ailleurs ne sont plus que jamais au cœur de l’actualité devant le refus du nouveau gouvernement d’abroger à ce jour les différents permis.

Pendant 3 jours, les 21-22-23 juillet 2017, des collectifs / associations opposés aux projets miniers et à d’autres projets inutiles imposés se retrouveront sur le site du Dibar à Plougonver(22) pour un riche programme alliant conférences, débats, concerts, fest-noz. Restauration et camping durant les 3 jours.

Le festival des luttes, ce sont des concerts :

Les Olivensteins – groupe mythique par excellence qui ont marqué la scène punk de 1978 à 1980. Leurs chansons « fier de ne rien faire » ainsi qu’ « euthanasie » ont été reprises par les Wampas ainsi que les Sales Majestés qui s’en sont directement inspirés. En 2015, le groupe se reforme faisant quelques concerts dans des grandes salles. Nous avons la chance de les recevoir pour ce festival.
(https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Olivensteins)

Les Clébards – Ce groupe qui tourne depuis plus de dix ans a écumé les salles. Ils viendront nous présenter leur nouvel album toujours un peu punk mais avec un accordéon et une guitare sèche. Ces chansons à texte poétique parfois, mais toujours engagé, leur punk passe par la musette, le folk…
(http://www.lesclebards.com/)

La famille Walili – Le collectif rennais d’une vingtaine de membres seront présents pendant tout le week-end avec leur énergie et leur savoir faire. Ils nous feront voyager, danser avec leur musique du monde, rire avec leur spectacle de clown, toujours avec une énergie débordante, le plus compliqué étant de les arrêter !

(http://www.famillewalili.fr/)

Soïg Siberil – Un des meilleurs guitaristes bretons viendra nous surprendre avec son nouvel album d’inspiration irlandaise, folk et rock.

(http://www.soigsiberil.com/)

Easy Peasy – Un mélange qui détonne sur fond de musique balkanique avec un chant hip hop qui arrache ! A découvrir ou redécouvrir !

(http://www.ezpzmusic.com/)

Startijenn – Né en 1997, c’est un des plus importants groupes de fest-noz plein d’énergie – ils vous feront danser avec Ar Sav, Darhaou, …

Mais aussi des débats/conférences, des films :

Les débats, cette année encore, nous ferons un point sur la situation actuelle des différents projets miniers bretons (avec intervention des militants associatifs) et aussi sur les mines d’ailleurs en présence des collectifs français et notamment sur les projets miniers en Guyane en présence de Maiouri Nature Guyane et d’ingénieur sans frontières. Nous présenterons également le film réalisé sur la mine de Salau en Ariège en présence de la réalisatrice et un documentaire sur la mine d’or de Roumanie : Rosia Montania, en présence du réalisateu

Nous aborderons aussi :

  • Les conséquences sociales et environnementales de l’industrie extractive et dans un second temps les enjeux et limites du recyclage des ressources rares dans une perspective d’eco-conception. Cette conférence sera animée par Laurent Ciarabelli : Chargé de campagne Modes de production et de consommation responsables aux Amis de la Terre France et Judith Pigneur d’Ingénieur Sans Frontières.

  • Les luttes contre les mines d’Uranium en Bretagne : les nouvelles stratégies, animé par Lylian Le Goff, médecin, impliqué depuis de nombreuses années dans la préservation de l’environnement et la prévention sanitaire, responsable de la mission Biotechnologies de France Nature Environnement

  • Les déchets radioactifs sur le centre d’enfouissement de Bures (film) avec l’intervention de Irène Gunepin, inlassable militante contre l’enfouissement des déchets nucléaires

  • Les OGM cachés, animé par les faucheurs volontaires

  • Le dimanche traitera aussi d’autres luttes :

  • L’actualité sur la vallée de la Roya animée par Anna Bednik – A la frontière italienne, les habitants subissent le projet de construction du tunnel de Tende…

  • Notre organisation face à la répression avec le collectif anti-répression de Nantes/ZAD

Un communication en breton sur le thème des mines avec Francis Favereau, linguiste et écrivain breton
Et n’oublions pas l’atelier désintoxication à la langue de bois, de et avec Franck Lepage, militant de l’éducation populaire bien connu par ses conférences gesticulées

 

Publié dans Ecologie

Commenter cet article